Accueil > Actualités > Développement du service civique

Développement du service civique

Il existe, dans la société française, un fort désir d’engagement au service de causes concourant à l’intérêt général.
En ce sens, le Gouvernement a prévu, lors du comité interministériel égalité-citoyenneté du 6 mars 2015, de donner une nouvelle ampleur au dispositif du service civique en l’ouvrant à un plus grand nombre de jeunes afin de permettre, à tout jeune qui le souhaite, de réaliser une mission de service civique.
Créé par la loi du 10 mars 2010, le service civique a permis à 85 000 jeunes d’être volontaires pour une action collective auprès d’associations, collectivités territoriales, hôpitaux, services de l’Etat dans neuf domaines différents : la solidarité, le sport, l’éducation pour tous, la culture et les loisirs, la santé, l’environnement, la solidarité internationale, la mémoire et la citoyenneté, l’intervention d’urgence en cas de crise.

Les principales caractéristiques pour le jeune volontaire :

Le service civique concerne tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplôme ni de situation sociale. Seule la motivation est prise en compte. Les missions proposées sont sur le site officiel du service civique les jeunes les consultent et font leur demande d’entretien par mail directement aux organismes agréés.

Le jeune candidat signe un contrat avec l’organisme agréé pour un temps de mission de 24 h minimum/semaine. Il reçoit une indémnité de l’Etat de 573€ par mois, avec une couverture sociale complète (coût pour l’Etat : 809€/mois/volontaire).

Son statut le place alors dans le volontariat, distinct du bénévolat et du salariat : un volontaire est responsable de sa mission, sans lien hiérarchique véritable.

En tant que volontaire, il sera suivi par un tuteur désigné (un tuteur possible pour plusieurs volontaires), chargé de l’accueillir, de l’intégrer dans sa mission et d’en suivre la progression ; le tuteur est également chargé de préparer son projet d’avenir, en lui procurant petit à petit des opportunités de contact utiles à sa formation, sans insertion professionnelle.

Sa mission s’étend sur 6 mois minimum et 8 mois maximum.

Son droit à congé est de deux jours par mois.

Le service civique lui prévoit l’obtention du PSC1 (formation de base aux premiers secours), ainsi qu’un temps de formation civique et citoyenne évalué à une journée, durant sa mission.

Une attestation officielle de service civique lui est délivrée par l’agence du service civique, à valoriser dans son CV et reconnue pour une éventuelle future VAE (validation des acquis de l’expérience).

Les principales caractéristiques pour l’organisme d’accueil :

Obtention obligatoire d’un agrément : dossier à télécharger sur service-civique.gouv.fr. Sur ce site, beaucoup d’indications et conseils sont délivrés notamment pour concevoir une mission (référentiel de missions). Délai d’obtention à prévoir : moins d’un mois à partir de la remise du dossier à la direction départementale de la cohésion sociale des Yvelines. L’agrément délivré, la ou les missions proposées doivent être publiées sur le site officiel ; toute autre voie de communication est bien sûr disponible en sus (site internet de la mairie, radio locale, gazette, réseaux sociaux.)

L’accueil de volontaires : quelles charges sont à prévoir ?

Le service civique n’est pas un emploi mais un volontariat ; il est sans frais de gestion, le jeune perçoit son indemnité directement par l’agence de service de paiement en fournissant un RIB lors de la signature du contrat.

Un forfait transport/repas lui est dû chaque mois par l’organisme agréé, il s’élève à 106.38€. Il peut lui être versé par virement, en nature (cantine municipale, covoiturage,...) ou en espèces.

Le PSC1 est financé par l’agence du service civique, il reste à veiller à inscrire le juene en formation.

L’organisme agréé reçoit une somme de 100€ par volontaire pour organiser sa formation civique et citoyenne ou l’inscrire à un organisme référencé.

Un tableau synthétique des obligations de l’organisme est délivré en même temps que l’agrément.